La différence entre un parfum cher et un parfum pas cher

On dit que le parfum est la forme de mémoire la plus tenace. Que nous gardons tous dans notre mémoire olfactive des liens directs avec les endroits où nous étions les plus heureux : l’amour, l’enfance, l’été. En fait, les parfumeurs savent que pour fixer une sensation et pouvoir l’évoquer lorsque le temps passe, il n’y a rien de tel que d’utiliser un parfum. Selon vous quelle est la différence entre un parfum cher et un parfum pas cher ?

Odeur « chère » et odeur « bon marché »

En plus d’être un puissant fixateur de mémoire, le parfum est aussi très basé sur la psychologie. « Le parfum synthétise une aspiration : vous achetez un peu de ce que vous voulez. L’association entre une marque de luxe et son parfum fait que beaucoup de gens, lorsqu’ils l’achètent, ont le sentiment de faire partie de l’univers qui a créé cette entreprise », reflète le parfumeur. Ce que la marque représente est l’un des ponts les plus importants qui mènent à l’achat d’un parfum, au-delà des campagnes publicitaires, de la conception du flacon et de l’étui dans lequel il est présenté. Il y a donc un état émotionnel dans le « bien ».

 

« D’autre part, être attiré par des odeurs plus chères est une question d’éducation du goût pour le bien. Tout comme il y a des gens plus instruits en art, musique, théâtre, gastronomie ou vin, la même chose se passe avec le parfum, il est capable de provoquer une sensation de plaisir. La classe supérieure est plus proche de cette culture car elle a un accès plus direct à ces marques et produits », dit-il. En bref, l’attrait d’un parfum cher est une réponse similaire à la fascination des logos des grandes maisons de mode (porter Zara est bien, mais ce ne sera jamais comme porter un Loewe) mais comme l’explique Valeros, le prix a aussi dans la plupart des cas une justification au-delà de la déclaration d’un statut.

La différence technique entre un parfum pas cher et un parfum cher

Bien que le prix soit déterminé par les marques, un certain nombre de facteurs influencent cette décision. D’une part, la poésie avec laquelle il naît, et d’autre part, la chimie qui le rend possible : un parfum est une création artistique. Il n’y a pas de recette, pas de livre qui explique comment créer un parfum. Mais un parfum ne peut être fabriqué sans technologie. Le parfumeur invente les accords, mais il a besoin de la technologie dans les méthodes d’extraction et dans la distillation pour arriver à des molécules sophistiquées de nouvelles odeurs et à une plus grande palette de production.

Aujourd’hui, les grandes marques de luxe étudient comment obtenir de nouveaux arômes naturels basés sur la distillation. En d’autres termes : découvrir toutes les ombres qui pourraient sortir d’une même rose. L’investissement dans la recherche et les laboratoires de ces maisons est très élevé, et cela se reflète dans le prix final du parfum. Bien sûr, les classiques restent la base ou l’inspiration des parfums d’aujourd’hui : « C’est comme en musique : le pentagramme et les accords musicaux sont là, mais les chansons d’aujourd’hui sont différentes. En parfumerie, c’est un peu la même chose, la structure moléculaire du cyprès d’il y a 200 ans sert de pilier et il y a quelques jalons qui sont encore à la base de la partie créative : Chanel Nº5, créé en 1921, pour avoir été le premier à incorporer des aldéhydes (le C12) ; Origen, le premier bouquet floral de l’histoire, ou Guerlain Mitsouko en 1919, le premier grand parfum oriental à l’aldéhyde C14 ».

 

Leave a Comment!

seize + 16 =